M.FontaineLa récente mise en ligne du nouveau site internet du CNE illustre la volonté de l’association de renforcer ses échanges avec les acteurs de l’emballage et de les accompagner au mieux dans leur démarche de développement durable. A cette occasion, son Président, Michel Fontaine revient le chemin parcouru depuis 3 ans.

 

 

Pourquoi un nouveau site internet ?

 

Après trois ans d’existence, il était nécessaire de repenser notre site pour le rendre plus moderne, plus dynamique et plus ergonomique. Nous avons bien évidemment conservé son aspect bilingue français/anglais qui constitue pour nous une main tendue vers les autres, la volonté de ne pas se cantonner à la France mais de partager nos analyses et nos bonnes pratiques avec l’ensemble des acteurs de l’emballage à travers le monde. C’est ainsi que nous avons pu tisser des liens avec des organisations extérieures, que ce soit au niveau européen avec Europen ou Incpen, aux Etats-Unis avec Ameripen, ou encore au Canada, au Brésil et au Japon.

 

Au-delà de l’habillage, son contenu s’est également fortement enrichi des travaux réalisés par le CNE et ses partenaires au cours des 3 dernières années… Quel bilan dressez-vous de cette période ?

 

Ces trois dernières années ont été marquées par un travail approfondi autour des questions de développement durable dont nous sommes particulièrement fiers. Les groupes de travail mis en place ont permis d’aboutir à la réalisation de plusieurs documents essentiels pour mesurer, comprendre et objectiver les impacts réels des emballages sur l’environnement. La pierre fondatrice de ce travail a certainement été l’étude visant à comparer les impacts environnementaux d’emballages fabriqués à partir de matériaux différents. Un tabou était enfin tombé ! Ensuite, la mise à jour du guide d’écoconception, jugé « malin » par beaucoup, a également constitué une étape importante de nos travaux en fournissant à nos adhérents les clefs, les grands principes sur la manière de concevoir et d’envisager chaque étape de la vie des emballages de façon responsable. Enfin, nous avons également rencontré un succès certain avec notre document sur les allégations environnementales recensant les bonnes façons d’exprimer l’impact de l’emballage d’un produit sur l’environnement pour les consommateurs.

 

Que retenez-vous encore ?

 

Je suis également très heureux de voir l’essor pris par notre concours Emballé 3.0 auprès des universités et des écoles supérieures de design et d’ingénieurs en seulement 4 ans. Lors de la dernière édition, nous avons eu à départager 116 dossiers en provenance de 18 écoles quant en 2010 nous n’en avions que 30. Mais au-delà de la quantité, je retiens surtout la très grande qualité des dossiers présentés et la force de créativité et d’innovation de ces futurs designers en matière d’écoconception.

 

Quelles sont vos perspectives pour les prochaines années ?

 

Nous ouvrons aujourd’hui une nouvelle page. Le premier challenge sera d’attirer de nouveaux adhérents afin d’enrichir nos travaux de nouvelles expertises et expériences. Quant il y a quatre ans, nous mobilisions 4 personnes autour d’une table, il nous arrive désormais d’avoir jusqu’à 40 participants suivant les thèmes étudiés. Et la marge de progression est encore grande au regard des dizaines de milliers d’entreprises concernées par l’emballage en France. Le deuxième challenge est de gagner en visibilité avec les outils dont nous disposons, comme notre site internet, notre newsletter, et la qualité de nos publications. Cette visibilité ajoutée à notre légitimité doit donner envie à davantage d’acteurs du secteur de l’emballage de contribuer avec nous au meilleur de l’emballage. Et il y a encore à faire ! ! !

 

Nombre de parties prenantes soulignent votre rôle d’aiguillon face à certains sujets émergents liés à l’emballage (allégations environnementales, écoconception, nouveaux matériaux…). Quels seront les prochains thèmes qui occuperont le CNE ?

 

Il est vrai que nous nous attachons à coller à l’actualité afin de pouvoir proposer des sujets en phase avec les préoccupations actuelles de nos adhérents. C’est ainsi que nous réfléchissons par exemple aux nouvelles formes d’emballage apparues ces dernières années avec le développement du commerce en ligne ou encore aux besoins de traçabilité exprimés par les consommateurs. Enfin, la place des emballages dans l’économie circulaire mérite également d’être mise en avant. Comme vous le voyez les sujets ne manquent pas. A nous de nous en saisir pour accompagner au mieux nos adhérents et les aider à identifier les bonnes pratiques.

Avr 2014

LE CNE ECRIT UNE NOUVELLE PAGE POUR LE MEILLEUR DE L’EMBALLAGE

La récente mise en ligne du nouveau site internet du CNE illustre la volonté de l’association de renforcer ses échanges avec les acteurs de l’emballage et […]
Avr 2014

CREATION PACKAGING : trouver le bon équilibre entre pérennité du produit et respect de la marque

Directeur du studio de création packaging chez Parfums Christian Dior, François Gautier a participé au jury du Concours Emballé 3.0 en février dernier. L’occasion pour lui […]
Avr 2014

PAROLE CITOYENNE

Très investie sur les questions environnementales, la Fédération nationale Familles de France constitue aujourd’hui l’une des voix citoyennes majeures du CNE. Son directeur général, Thierry Vidor, […]
Fév 2014

Palmarès 2014 du concours « Emballé 3.0 »

Le Conseil National de l’Emballage (CNE) a remis les prix de son concours Emballé 3.0 lors d’une cérémonie le 11 février 2014. La cérémonie réunissait une […]