Entretien avec Daniel VALÉRO Designer/Enseignant Chargé du suivi des projets – Maître de conférence associé et Ahmed TARA – Maître de conférences et Directeur LP CDIE de l’IUT de Reims-Châlons-Charleville

Fiche pratique : Produits en vrac ou préemballés au service du consommateur
Mar 2017
Entretien avec Bruno SIRI Délégué Général CNE
Avr 2017

Entretien avec Daniel VALÉRO Designer/Enseignant Chargé du suivi des projets – Maître de conférence associé et Ahmed TARA – Maître de conférences et Directeur LP CDIE de l’IUT de Reims-Châlons-Charleville

IUT ReimsPouvez-vous nous présenter en quelques mots le PEC (Packaging Emballage et Conditionnement) de l’IUT DE REIMS ?

Formation Packaging débouchant sur un DUT, offrant 2 options :

  • Etudes courtes, sortie DUT en 2 ans avec possibilité d’intégrer une licence professionnelle, et plus particulièrement la LP CDIE (Conception, Design Industriel et Emballage) 3ème année consacrée essentiellement à la création de volumes et graphismes adaptée au packaging et à la réalisation industrielle de projets.
  • Etudes longues, préparation aux écoles d’ingénieurs en Packaging.

De longue date, une relation étroite s’est établie entre le PEC de l’IUT de Reims et le CNE, quels intérêts pédagogiques percevez-vous dans les missions et les documents du CNE ? 

 Nous avons pris l’habitude d’intégrer au programme pédagogique des étudiants de la LP CDIE le concours « Emballé 3.0 » car il représente pour cette formation un intérêt particulier, dans le sens où chaque année les propositions des sujets et briefs sont différents et traitent de préoccupations prospectives. Ceci offre à nos étudiants la possibilité de créer, d’apporter des solutions pragmatiques sur des problématiques simples faisant appel au bon sens, à l’observation des produits et de leur utilisation. Cela les habitue à aller chercher les informations nécessaires, notamment au travers des publications et documents du CNE. Par ailleurs, les supports proposés par le CNE permettent à nos étudiants d’intégrer, dans la conception du pack, des contraintes liées au management environnemental, aux aspects ergonomiques et au développement durable.

Les étudiants intégreront ainsi les notions de l’économie circulaire pour rallonger les flux de matière et de produits tout au long de la vie du pack.

Comment cela se traduit-il dans le quotidien de votre pédagogie auprès des étudiants ?

C’est un support intéressant car il n’est pas initié par un industriel ou fabricant de matière. Il laisse à nos étudiants un espace de création plus libre, autorisant de multi matériaux et leur permet de se projeter plus en avant, les impératifs de concrétisations immédiates ne contraignant pas leurs recherches, ceci permet une projection positive et autorise les étudiants à des propositions plus avancées propices à leur créativité.  

Votre IUT est fidèle au Concours Emballé 3.0 organisé par le CNE depuis le début de l’aventure. Vos étudiants y participent, pourriez-vous qualifier en quelques mots l’intérêt porté par vos étudiants, par l’équipe pédagogique au concours Emballé 3.0 ?

Le concours initié par le CNE est maintenant bien connu par nos étudiants (réputation oblige) il est attendu parce qu’il propose une dimension différente des autres projets. Ce qui est intéressant est qu’il requière une proposition concrète, mais reste sur de l’intention, donc moins exigeant en termes de réalisation de maquette, prototype et concrétisations industrielles. Ces conditions permettent aux étudiants d’imaginer des solutions sans être contraints par des impératifs de fabrication actuels et peuvent se projeter sur des développements futurs.

Le cadre de ce concours, suite aux recommandations du CNE oriente les projets dans une cohérence d’éco conception, une plus grande attention au respect de la nature, la prise en compte de l’empreinte carbone, la praticité, la fonction d’usage et les apports aux consommateurs, ce qui fait prendre conscience à nos étudiants de la nécessité de tous ces paramètres. Ceci leur permet d’avoir en tête toutes ces notions, qu’ils appliquent ensuite sur d’autres projets et font partie de leurs préoccupations de concepteur de façon pérenne.

L’IUT de Reims est enfin monté sur la plus haute marche du podium de Emballé 3.0 en février 2017, est-ce que ce résultat vous mobilise pour être plus engagé encore auprès du CNE ?

Bien évidemment, souvent dans les finalistes mais jamais lauréat jusqu’à présent, le département Packaging et nos étudiants auront à cœur de relever le défi et de renouveler ce classement.

Emballé 3.0 a été rénové en 2017 grâce aux écoles partenaires du concours, en tant que lauréat en Or, avez-vous des suggestions pour améliorer encore l’intérêt de ce concours et ses finalités ?

Nous pensons que le renouvellement de la formule 2017, avec le système de parrainage, a apporté beaucoup en terme de proximité entre le CNE et les étudiants.

Une remise en cause et un nouveau regard sur les projets avant la réalisation de la proposition finale permettent aux étudiants d’analyser les faiblesses et forces de leur projet et de le rendre encore plus pertinent.

Au-delà du concours lui-même avez-vous des suggestions pour renforcer les activités   du CNE en lien avec le monde de l’éducation ?

Pour ce qui nous concerne, il est intéressant que le concours entre relativement de bonne heure dans notre planning afin que nos étudiants assimilent le bien fondé des valeurs initiées par le CNE pour les mettre rapidement en application sur les différents projets proposés.