Entretien avec Françoise ALBASINI – Rédactrice en chef du magazine Emballage Digest

Entretien avec Antoine JAMBART – Boomerang Conseil
Mar 2016
Entretien avec Hervé MARCEL – Chargé de mission au Laboratoire National de métrologie et d’Essais (LNE)
Mar 2016

Entretien avec Françoise ALBASINI – Rédactrice en chef du magazine Emballage Digest

Françoise ALBASINIPouvez-vous en quelques mots exposer votre motivation à participer au jury de notre concours Emballé 3.0 – 2016 ?

Les étudiants qui participent à ce concours sont les décideurs de demain. Leur vision sur l’emballage d’aujourd’hui et sur celui de demain est riche d’enseignement. Les critères qu’ils retiennent sont des indicateurs intéressants pour mesurer leur capacité d’innovation.

Parmi les dossiers étudiés, quelles sont les préoccupations majeures des étudiants que vous avez décelées ?

Pour l’édition 2016, la praticité est largement dominante. On peut s’étonner que seuls deux dossiers évoquent le QR code : le « Solublime » qui l’a imprimé sur sa tasse pour pouvoir commander des doses en ligne, et l’excellent projet “One Pill”. Outre qu’il anticipe une possible commercialisation des médicaments à l’unité, il intègre le QR code et le présente comme un véritable outil d’aide via le smartphone à l’information et à l’optimisation de la relation médecin-patient.

Alors que la dimension IoT – Internet des objets devient un élément moteur d’innovation, les étudiants ne prennent pas suffisamment en compte cette évolution. Selon les experts de ce marché et les données consommateur qu’il génère, les produits de demain qui seront connectés seront davantage source de profit pour l’entreprise que ceux qui ne le sont pas.

Cette année, le jury était composé de 18 jurés d’horizon divers, pouvez-vous nous faire part des éléments marquants du débat ?

Avoir des jurés d’horizons différents est enrichissant. Il serait intéressant que des experts davantage orientés nouvelles technologies puissent y participer pour être en phase avec le 3.0 du concours.

Emballé 3.0 fête sa sixième édition en 2016, quels points positifs retirez-vous de l’organisation de cet évènement ?

Ce concours permet une réelle connexion entre le monde du design, le monde estudiantin, et celui de l’emballage. La phase d’évaluation des dossiers suivie de celle de la sélection des primés avec la participation du public présent lors de la remise des prix confère au concours une dimension qualitative.

Quels axes d’amélioration pouvez-vous suggérer pour ce concours ?

Plusieurs axes d’amélioration : demander aux étudiants de présenter leur projet aussi en vidéo (2/3 min), cette synthèse leur permettrait de mettre en avant les points majeurs de leur dossier; par rapport au thème retenu, demander à deux ou trois entreprises/et ou organismes de « parrainer » le concours, en désignant un tuteur qui serait l’interlocuteur privilégié auprès des étudiants durant la période du concours.

En tant que rédactrice en chef du magazine Emballage Digest, comment imaginez-vous Emballé 3.0 de demain ?

Autour de ce concours, pourquoi ne pas organiser une conférence axée sur l’innovation 3.0 et l’industrie du futur 4.0 (nouvelles technologies, nouveaux matériaux, nouveaux process, nouvelles machines …), ou un débat avec des acheteurs d’emballages d’entreprises du secteur des PGC, de la distribution, des associations de consommateurs, de start-up connectées ….