Interview de Pierre CHANDON – Professeur de marketing à l’INSEAD

Fiche pratique : Compatibilité Contenant-Contenu au cœur de la promesse consommateur
Oct 2017
Interview de Carlos de LOS LLANOS – Directeur scientifique chez CITEO
Nov 2017

Interview de Pierre CHANDON – Professeur de marketing à l’INSEAD

Pouvez-vous nous présenter vos activités de recherche en quelques mots ?

 En tant que Professeur de Marketing et Directeur du Centre Multidisciplinaire des Sciences Comportementales Sorbonne Universités-INSEAD, j’étudie les effets du marketing sur les comportements alimentaires, dans l’optique de trouver des solutions qui permettent d’améliorer à la santé des consommateurs sans compromettre la croissance des entreprises ni les plaisirs de la table. Dans ce cadre, j’étudie les limites d’une réponse à l’épidémie d’obésité axée uniquement sur la santé. Je propose une approche alternative qui consiste à aider les consommateurs à se rendre compte que le plaisir de l’alimentation est lié à la qualité des aliments et non pas à la quantité consommée. Mes articles, billets, et interviews vidéo sont en accès libre sur mon site : www.pierrechandon.com. Vous pouvez également me suivre sur Twitter https://twitter.com/pierrechandon ou LinkedIn https://www.linkedin.com/in/pierrechandon.

Quelles sont les préoccupations majeures de l’INSEAD en regard du monde de l’emballage ?

 L’INSEAD est une école de management sur trois campus (Fontainebleau, Singapour et Abou Dhabi). Nous enseignons tous les aspects de la gestion des entreprises, du marketing à la finance en passant par le management ou la recherche opérationnelle, aux étudiants et aux cadres expérimentés. Le slogan de L’INSEAD est « The Business School for the World » et son crédo est « business as a force for good ».

Dans le cadre de notre Groupe de Travail (Emballage et gaspillage alimentaire en France), vous êtes intervenu pour une présentation dédiée au sujet. Pouvez-vous nous résumer les points clés de votre intervention ?

Il est indispensable d’étudier les représentations des consommateurs, et pas uniquement la réduction réelle des emballages et des gaspillages. A cause de biais de perception visuels, les consommateurs, la taille perçue des emballages et des portions n’est que faiblement corrélée à la taille réelle.

A votre avis, quels sujets de société en lien avec l’emballage, le CNE pourrait-il traiter en 2018 ?

L’emballage « augmenté » : l’alliance du digital et du matériel.