Zoom sur…l’affichage environnemental

Interview de Michel FONTAINE
Juil 2011
Les chantiers à venir du Conseil National de l’Emballage
Juil 2011

Zoom sur…l’affichage environnemental

Top départ…au 1er juillet 2011

L’article 228 de la loi Grenelle 2 (cf. newsletter CNE de décembre 2010) prévoit qu’« à partir du 1er juillet 2011, et après concertation avec l’ensemble des acteurs des filières concernées, une expérimentation est menée, pour une durée minimale d’une année, afin d’informer progressivement le consommateur par tout procédé approprié du contenu en équivalent carbone des produits et de leur emballage, ainsi que de la consommation de ressources naturelles ou de l’impact sur les milieux naturels qui sont imputables à ces produits au cours de leur cycle de vie.

Ainsi au 1er juillet, cette expérimentation volontaire et nationale va s’ouvrir sous l’égide du MEDDTL : on rappelle que cette expérimentation s’appuie notamment sur les travaux des interprofessions pilotés par l’ADEME et l’AFNOR, en vue d’élaborer des référentiels par marché de produits. Le document de méthodologie générale intitulé BPX30-323, reprend les principes généraux pour l’affichage environnemental des produits de grande consommation.

 

Le CNE rappelle que l’information environnementale porte sur le couple produit-emballage tout au long du cycle de vie et que l’affichage environnemental se réalise sur une base d’évaluation multicritères dont le contenu en équivalent carbone est un incontournable.

168 entreprises ou collectifs d’entreprises ont répondu à l’appel à participation du MEDDTL et cela constitue une variété de marchés, de produits et de tailles d’entreprises (pour plus d’informations se référer au communiqué de presse du ministère : http://www.developpement-durable.gouv.fr/Mise-en-place-de-l-affichage.html).

 

Durant l’expérimentation, tous les référentiels ne seront pas disponibles ou adoptés, les entreprises pouvant effectuer leurs analyses environnementales de leurs produits selon des méthodologies existantes.

 

La restitution de l’information environnementale pendant l’année à venir peut utiliser tout support possible qu’il soit « en dur » (emballage, catalogues, prospectus, etc.) et/ou dématérialisé (site internet dédié, internet mobile, etc.). En effet, la réalité opérationnelle de la mise en place technique d’une telle démarche et l’échéance du 1er juillet obligent à des compromis où, pour démarrer le délai est prioritaire ; néanmoins cette période de 1 an sera mise à profit pour tester ces diverses possibilités d’affichage et pour évaluer en aval la perception et l’attitude du consommateur vis-à-vis du « format » de l’information environnementale et pour valider que celle-ci est sincère, objective et complète* (autant que faire ce peut, en l’état actuel des données, pour certaines, provisoires.)

 

Le Conseil National de l’Emballage, avec le support de ses adhérents, vous tiendra informé de l’avancée de cette expérimentation, des réalisations mises en œuvre, des premiers enseignements, des écueils éventuellement rencontrés et de leurs solutions associées.

*Extrait de la loi Grenelle 1